Naturalelation

Introduction

Honey Bienvenue!

Ce blog est consacré à mon choix de renoncer à l'usage de produits chimiques pour l'entretien de mes cheveux crépus, et de retrouver leur texture naturelle. Il rend compte de la réflexion politique qui m'a orientée ainsi que des questions pratiques qui ont jalonné ce parcours particulier.

Il existe une documentation importante sur les cheveux africains naturels,et leur entretien: sites web, publications... Mais ces données sont pour la plupart uniquement disponibles en anglais, ce qui limite leur portée sur le marché francophone.

J'espère que les informations rapportées ici, et tirées de mon expérience personnelle ou de conseils recueillis sur les sites cités dans les liens, aideront celles qui ont choisi de porter leur cheveux au naturel, et pourquoi pas, inciteront les autres à retrouver leur texture capillaire originelle.

This site is dedicated to my choice of renouncing to use chemicals products for my hair cares, and find again their natural texture. It reports on the political reflection and spiritual thoughts that have directed this particular journey.

Most of the infos about nappy, kinky hair are available only in english, what reduces francophones access to them. I wish natural francophones will find here advices & encouragements to get back to their original hair texture, and keep enjoying this new liberty.

Let's share my Napptural Elation! Hope you'll like it...

 

Edit - 10 Avril 2014: Le blog déménage.

J'ai partagé sur ce premier blog mon expérience et l'apprivoisement de la texture naturelle de mes cheveux. Merci de vous être arrêté(e), d'avoir pris le temps de parcourir sur ces quelques billets et parfois de laisser un commentaire.

Les examens de fin d'étude et la vie tout simplement ont pu m'éloigner quelques temps de ce blog, mais l'envie de partager mes nouvelles découvertes, capillaires et autres, reste bien présente.

Retrouvez-moi à ma nouvelle adresse: http://naturalelation.wordpress.com

Posté par Naturalelation à 00:28 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,


African words...

 

arbre

La culture africaine souffre trop souvent de l'ignorance et de la marque des préjugés: elle est souvent cantonnée à une conception stéréotypée des africains. Dans ce contexte, les approches de cette culture se font sous un angle folklorique assez limité et peu réaliste.

Au contraire, la culture correspond aux valeurs morales, artistiques, aux croyances religieuses et coutumières, bref à l'ensemble des lois gouvernant les comportement des membres d'une société. Elle implique une réflexion sur la façon dont nous concevons notre personne, notre peuple, et surtout nos aspirations.

African culture suffers from ignorance & prejudices: it is often limited to a stereotyped, folkloric view of african people. But culture corresponds with moral, artistics values, religious & customary believes, in a word, all the law directing society's members' acts. Culture implies a reflection on how we conceive our personn, our people & our  aspirations.

 

Les citations suivantes correspondent à cet état d'esprit:

  • Don't remove the kinks of your hair. Remove them from your brain.  Marcus Mosiah Garvey (1887-1940)

  • Don't spend so much time and effort wondering about wether your hair is "right" or "wrong" or "good" or "bad". Don't worry about the hair on your head, on your chin, on your face, over your eyelids etc. Show more concern about the lack of constructive knowledge inside your head. Neely Fuller Junior

  • To educate a man is to educate an individual. To educate a woman is to educate and liberate a nation. MalcolmX (1925-1965)

  • My whole nation is graceful. Nobody has to tell us how to walk or how to stand. We have an air, a dignity. Whatever happens, keep your head up.  Iman

 

Posté par Naturalelation à 01:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

Femmes d’Afrique

 

 

AfricanWomanFemmes d'Afrique

Femmes aux cils frileux

aux corps vernis par la beauté du feu

Des lianes luminescentes s’emmêlent

sur vos routes d’infortune

Hautes comme des tours

vos souffrances dressées

tissent le berceau de la nouvelle essence

Préparez les boissons

 

 

Agitez l’oriflamme

La main du grand désert

tendue en charité

a pris en otage l’arbre fleuri

pour se faire écouter

Belles de nuit de juin

encadrées de l’été du jasmin

Vos lampes d’émeraude

dansent dans le vent

Et vos pensées furieuses

comme l’océan profond

éclatent en fleurs sereines

en corolles du soir

Fermez vos poings durs

Ouvrez vos yeux collés

Que la terre puisse se teindre

de vos lumières dorées

Une neuve matinée vous regarde en miroir

Un souffle nouveau embue la vitre

de vos maisons d’espoir.

Extrait du recueil Timis, Nadine Fidji (Ile de la Réunion)

Posté par Naturalelation à 14:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

À ma mère

mother

Femme noire, femme africaine, Ô toi ma mère, je pense à toi
Ô Dôman, ô ma mère, toi qui me portas sur le dos,
Toi qui m'allaitas, toi qui gouvernas mes premiers pas,
Toi qui, la première, m'ouvris les yeux aux prodiges de la terre,
Je pense à toi...

Femme des champs, des rivières, femme du grand fleuve,
Ô toi, ma mère, je pense à toi...
Ô toi Dâman, ô ma mère, toi qui essuyais mes larmes,
Toi qui me réjouissais le cÏur, toi qui, patiemment, supportais mes caprices,
Comme j'aimerais encore être près de toi, être enfant près de toi !
Femme simple, femme de la négation, ma pensée toujours se tourne vers toi...

Ô Dâman, Dâman de la grande famille des forgerons, ma pensée toujours se tourne vers toi,
La tienne à chaque pas m'accompagne, ô Dâman, ma mère,
Comme j'aimerais encore être dans ta chaleur, être enfant près de toi. ...

Femme noire, femme africaine, ô toi ma mère, merci pour tout ce que tu fis pour moi, ton fils,
Si loin, si loin, si près de toi !

Laye Camara, "L'enfant noir"

Posté par Naturalelation à 14:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

Retrouver ses cheveux naturels

big_curls_sunJ'ai toujours aimé les cheveux africains portés naturels: il existe de nombreuses et élégantes manières de les coiffer: simple, en afro (plus ou moins courte), tresses, cornrows, locs et autres. Mais l'épreuve douloureuse du démêlage de ces cheveux crépus me terrifiait, comme beaucoup d'africaine. Je craignais de ne pouvoir venir à bout des noeuds d'une tignasse emmêlée.

De l'âge de 7 ans 1/2, à celui de 24 ans, cette crainte a conditionné mes choix de coiffure puisque, durant cette période, j'ai eu systématiquement recours à la pratique du défrisage à froid. Le résultat était loin des "longs cheveux soyeux volant au vent!" Le défrisage n'est pas un traitement naturel et fait intervenir des produits chimiques particulièrement actifs. En brûlant sa tige, le produit défrisant raidit, de manière définitive, le cheveux africain, dont la tendance naturelle est de pousser en se vrillant légèrement sur lui- même.

Les cheveux sont donc asséchés et fragilisés par cette intervention; or le cheveux africain est à la base très sec. Aussi le cheveu défrisé nécessite- t- il des soins réguliers visant à le réhydrater; il faut également éviter de le soumettre à de trop grandes pressions (chaleur, attacher les cheveux trop serrés, défriser les cheveux juste après avoir retiré les tresses, tresser ou teindre les cheveux juste après les avoir défrisés). En l'absence de soins contraignants, le cheveux casse et s'affaiblit. Outre les brûlures du cuir chevelu, le défrisage expose également à un ralentissement de la croissance du cheveux (0.9 cm par mois, en moyenne pour le cheveux africain) et aux alopécies (pertes importantes de cheveux).

J'ai eu la chance, au cours de ces dix- sept années, de n'avoir connu aucune de ces calamités. Mes cheveux, denses et épais, étaient toutefois sujets aux cassures;  je devais alors les renforcer par des masques hebdomadaires, et veiller à ne pas les endommager davantage dans mes soins quotidiens. Entreprise particulièrement contraignante, puisque parallèlement, je devais donner une forme aux cheveux raidis, par des brushing ou des mises en plis, qui affectent également durement le cheveux.

Ces contraintes ont fini par me fatiguer et m'agacer. Une nouvelle prise de conscience s'est aussi imposée à moi, progressivement: les femmes noires, n'ont jamais cessé, (depuis la traite négrière et la rencontre des mondes occidental et africain), de tenter de s'adapter à des standards esthétiques conçus par l'Occident qui ne leurs convenaient pas forcément. Ainsi certaines ont- elles tenté de s'éclaircir la peau, tandis que la majorité adoptait le défrisage pour lisser leur cheveux "trop" crépus.

Aujourd'hui, le défrisage s'est imposé à un point tel, que beaucoup d'africaines ne conçoivent pas de se coiffer, autrement, de manière "présentable". Pour beaucoup, il n'y a donc plus d'alternative, et c'est justement cette liberté de choix que je souhaitais retrouver: afin de pouvoir décider, de manière éclairée, de défriser mes cheveux, ou de les garder naturels.

Il ne s'agit donc pas pour moi de juger celles qui ont opté pour le défrisage, mais plutôt de présenter, à travers mon expérience, les possibilités qui s'offrent à nous pour l'entretien de nos cheveux.

Ma transition

bantusJ'ai donc décidé de retrouver mes cheveux naturels en août 2002; mais j'ignorais comment faire. Après un dernier défrisage le 25 août, j'ai laissé mes cheveux pousser. Au bout de deux mois, j'avais un bon centimètre de texture naturelle que je devais concilier avec les cheveux défrisés. Dans mon ignorance, je continuais à me coiffer "normalement", comme si mes cheveux étaient totalement défrisés. Mais les cheveux crépus étant plus résistants que les cheveux défrisés, cela entraînait de nombreuses cassures.

En décembre 2002, la repousse de mes cheveux était d'environ deux centimètres, mais les cheveux défrisés sur la nuque étaient tous cassés (il ne restait plus que la texture naturelle). Pensant que cela compromettrait la croissance des cheveux crépus, j'ai renoncé à couper mes cheveux et les ai défrisés à nouveau le 26 décembre 2002.

Afin de ne pas renouveler mes erreurs, j'ai commencé à me documenter, sur les caractéristiques du cheveux africain. Mes recherches sur le web francophone furent une LOOOONGUE traversée du désert: en tapant "cheveux afro" ou "crépus" ou "africain", j'étais invariablement renvoyée à des sites proposant le défrisage et décourageant toute entreprise de conserver ce type de cheveux dans leur texture originelle. Par contre, en basculant sur le web anglophone, j'ai enfin pu trouver les informations qui me manquaient (et même plus!). Je me suis arrêtée sur un site afro- américain www.nappturality.com , réunissant des femmes de la diaspora portant leurs cheveux naturels; grâce à leur conseils, j'ai pu structurer ma démarche.

J'ai su ainsi, que j'opérais ma période de transition, passage de mes cheveux défrisés à mes cheveux crépus. La transition peut être plus ou moins longue: certaines ne font pas de transition et se rase directement la tête. Cette option était un peu trop radicale pour moi; je me suis donc tournée vers la seconde possibilité: laisser pousser le cheveux naturel, sous les cheveux défrisés, et couper la texture défrisée lorsque la longueur des cheveux crépus nous satisfait. On peut ainsi "transitionner" 3 mois (le minimum en moyenne) comme plusieurs années.

Pendant ce temps, pour concilier les différentes textures, il est conseillé de se tresser, ce qui favorise la pousse du cheveux et permet de patienter. J'ai choisi les cornrows (nattes simples collées sur le crâne) que j'ai appris à faire moi- même. Je les renouvelais chaque semaine, après un masque au beurre de karité et un shampoing. Pour varier, je les agrémentais de chignons (postiches).

Le Big Chop ninasimonebig

Au bout de 4 mois, j'ai enfin pu faire le grand saut: le Big Chop. C'est la deuxième étape importante; elle consiste à couper la texture défrisée. Les plus expérimentées le feront seules, mais il vaut mieux demander de l'aide, à un coiffeur ou à un proche... qui a beaucoup d'affection pour vous!

En France, les coiffeurs, même non spécialisés dans les soins du cheveu africain, pourront vous couper les cheveux; personnellement, j'ai écarté cette possibilité, trouvant les tarifs trrrrès exagérés pour le service (32€ 90 pour la coupe et un shampoing!!!!). Mon père m'a donc coupé les cheveux, au milieu du jardin, par un bel après- midi ensoleillé de printemps (25 avril 2003).

Après le Big Chop, j'ai renforcé mes cheveux avec un masque au miel (4 cuil. à soupe d'huile d'olive, 2 cuil. à soupe de miel, le jus d'1/4 de citron; à appliquer chaud ou froid, durant au moins 1/2 heure), lavé avec un shampoing aux oeufs et l'après- shampoing Dark & Lovely. Pour la coiffure, toujours fidèle à Dark & Lovely, qui propose une gamme "Naturally" destinée aux cheveux crépus, j'ai utilisé la pommade au miel "Honey Kissed Hair Dressed": elle n'a pas l'effet "poisseux" que l'on peut reprocher à beaucoup de pommade pour les cheveux, et est agréablement parfumée. Pour terminer, j'ai ajouté une noix de gel Dark & Lovely "Calming Tress Set & Hold Gel", qui fait boucler les cheveux et les rend plus brillants.

J'ai adopté ces soins comme routine quotidienne, excepté le masque que je ne fais qu'une fois par semaine (j'ai modifié cette routine depuis). Chaque matin, avant de me coiffer, je dois mouiller mes cheveux, afin de les rendre plus souples et éviter de les casser en les coiffant.

C'est, pour moi la seule contrainte des cheveux naturels; autrement, la texture de mes cheveux me fait penser à du coton, c'est une sensation bizarre, car je m'attendais à ce qu'il soient plus drus. Je ne crains plus d'être décoiffée par le vent ou la pluie, et n'angoisse plus en me demandant comment me coiffer le lendemain.

C'est une nouvelle forme de liberté, très exaltante, d'où l'intitulé du blog: Natural Elation!

Ardelle

Posté par Naturalelation à 15:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


jeudi 26 avril 2007

Après- midi au Hammam

hammam3

Je ne saurais trop le recommander! C'est l'occasion idéale pour prendre le temps d'arrêter un quotidien frénétique. Les mots d'ordre:  se délasser, se pomponner, papoter, se laisser aller!

Je ne suis allée pour la première fois au hammam qu'il n'y a quelques mois, en septembre, et depuis je suis une inconditionnelle, d'autant que de nombreux établissements commencent à fleurir dans ma ville.  Voici mes comptes- rendu pour les 2 hammams que j'ai testé à Rouen.

hammam2

Hammam Olympio
71, avenue du 14 Juillet
76300 SOTTEVILLE LES ROUEN
Tél. 02 35 62 45 90

Nous avions pris rendez- vous (c'est assez petit donc il est préférable de réserver) pour la fin d'après- midi et j'ai vraiment aimé cette permière séance au hammam.

Avant d'y aller, j'ai pris quelques renseignements sur le net et j'ai trouvé des conseils utiles ici: Hammam for beginners

Comme matériel, j'ai emporté
- un petit sac à dos pour mettre tout mon bazar
- un paréo que je portais en entrant dans le hammam
- mais en fait je suis restée en maillot toute la séance. (1 maillot 2 pièces est plus pratique pour le gommage et le massage)
- une serviette pour mes cheveux
- une serviette pour me sécher, mais je n'en ai pas eu besoin
- une grande serviette éponge pour me couvrir après le massage; on peut aussi prendre un peignoir.
- on peut mettre des tapettes/ clap-clap/ tong pour se déplacer dans le hammam, mais j'ai préféré être pieds nus.

Concernant les produits:
- du savon noir
- un masque pour le visage et le corps
- de l'huile de karité pour hydrater ma peau après le gommage

En fait je n'ai rien utilisé du tout, les produits et le gant kassa étaient compris dans le forfait. Mais si vous prenez une entrée simple, prévoyez vos produits et votre matériel.

Pour les cheveux, j'ai fait simple:
- Shampoing
- AS
- Crème hydratante
- Peigne afro
- épingles pour attacher mes vanilles en chignon après le shampoing.


Déroulement de la séance:

Nous nous sommes d'abord changées dans un vestiaire et des casiers individuels étaient proposes pour ranger les affaires dont nous n'aurions pas besoin dans le hammam.
1. Nous sommes entrées en maillot de bain avec les affaires que nous avions gardées et nous sommes passées sous les douches comme à la piscine ou à la plage. Puis les dames nous ont enduites de savon noir avant de nous conduire dans une petite cabine chauffée à la vapeur d'eau. Nous pouvions régler la chaleur en versant de l'eau sur les radiateur régulièrement; la température retombait automatiquement si nous ne les aspergions pas à nouveau. C'était donc tout à fait supportable et nous sommes restées là un bon moment à discuter.
2. Une fois que nous en avions assez, on pouvait se rincer et passer au gommage: là on nous enduit à nouveau de savon noir puis la dame nous décape consciencieusement membre par membre avec la kassa. Pendant "l'opération" on est allongée sur une sorte de grand plan de travail. ça détend vraiment bien les muscles et ça libère de toutes les tensions! J'ai pensé à Pyo et à Malela à la fin du gommage, parce la masseuse a appuyé avec le pouce sur mon bras puis elle m'a dit d'un air satisfait: "quand ça fait ce bruit (tsuipp!), c'est que c'est propre!" lol!
3. Après le gommage, on peut retourner dans le bain de vapeur
4. Puis shampoing et masque capillaire éventuellement. J'ai juste appliqué mon AS, mais j'ai pris du temps pour vaniller mes cheveux et les attacher pour découvrir ma nuque et mon cou.
5. C'était nécessaire pour la dernière étape: le massage avec un mélange d'huiles (ça sentait super bon!). Le massage se fait sur une peau plus ou moins humide ce qui fait que le corps sèche tout seule avec les huiles. La peau est toute douce!
6. Pour finir, nous nous sommes étendues quelques minutes dans la salle de repos où on nous a servi des thés à la menthe!

[img]http://www.spa-concept.it/photo/images/centribenessereespa_04_01.jpg[/img]

C'était une après- midi très agréable; on passe d'une étape à une autre à son rythme sans être brusquée. Les dames qui nous ont accueillies sont adorables et très douces. C'est un hammam tout petit contrairement à ceux que l'on trouve à Paris; ils ne peuvent pas recevoir plus de 10 personnes à la fois et cela à permis de préserver une ambiance plus conviviale et plus intime.

frise_egypte_01

GYM NEW FORM
33 ROUTE DARNETAL
76000 ROUEN
Tel.:02.35.07.04.44

C'est en fait un grand complexe avec salle de musculation, salle spéciale pour différents cours (il y a un cours différent chaque heure: cardio training, yoga, bodyjam, bodypump:basé sur des mouvements de boxe. C'est donc très varié). Il y a également un hammam: ce n'est pas le grand hammam de la grande mosquée de paris, mais il est très bien agencé pour être spacieux tout en restant intime. Il est ouvert tous les jours, mais certains jours sont mixtes, donc renseignez- vous à l'avance.

 

Pour vous mettre en condition, on quitte l'ambiance survoltée de la salle de muscu pour entrer au milieu d'un petit couloir et il faut juste se laisser conduire par la douce odeur d'eucalyptus qui parfume tout le hammam.
La droite du couloir  s'ouvre sur un petit vestiaire très coquet avec une décoration très sobre blanc et bois. 3 cabines sont prévues pour se changer, et un petit placard est mis à notre dispositionainsi qu'un grand miroir et des sèches- cheveux. Au fond du couloir, il y a une salle de massage car il possible de faire un massage ayurvédique.

Une fois changées on se dirige vers le côté gauche du couloir: on entre alors dans une petite salle de style indien: un grand bouddha allongé nous y accueille, c'est la salle de repos où nous pourrons nous détendre à la fin de la séance en sirotant un petit thé à la menthe. Ce n'est pas le thé traditionnel mais de petits sachets à infuser. Néanmoins, on peut s'en servir à volonté, et j'ai trouvé . Il y a un petit salon pour celles qui souhaitent lire des magazines tout en discutant, sinon on peut aussi s'allonger sur le grand matelas de repos qui est isolé de la pièce par des paravents de syle indien. Souci du détail, il y a une petite musique d'ambiance: sons d'une fontaine ou de vagues sur une petite mélodie. Une vraie ambiance zen. :drunken:

Enfin on arrive à la première salle du hammam. L'air est tiède et on commence à transpirer, mais c'est largement supportable. La seconde salle est nettement plus chaude. La chaleur est activée à intervalles réguliers, mais il y a beaucoup de vapeur et le parfum d'eucalyptus est renforcé. La décoration des salles est traditionnelle: mosaïques de tons bleus et verts sur fond blanc, et un grand bouddha dans la première salle. Chaque salle peut acueillir environ une quinzaine de personnes, mais il n'y avait pas foule cet après- midi, ce qui fait que nous en avons profité à deux. Contrairement au hammam où j'étais allée la dernière fois, nous devons faire le gommage et les autres soins seules avec nos produits, mais les tongues ainsi qu'un paréo et un peignoir sont fournis. Dans les 2 salles, des douches sont prévues pour se laver après le gommage et pour les shampoings.

hammam1

 

Posté par Naturalelation à 19:53 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 24 mars 2008

Me voici de retour

Merci pour vos visites et vos commentaires.

Je dois avouer que rattrapée par le quotidien, j'ai "un peu" négligé le blog, même si j'avais beaucoup de choses à partager!

Alors me revoilà!

tournesol

Posté par Naturalelation à 12:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Quelques conseils pour éviter les Bad hair days

Prendre soin de ses cheveux naturels n'est ni compliqué ni fastidieux, mais cela n'a rien d'évident lorsque l'on est habitué à coiffer des cheveux lisses. Il faut donc réapprendre des règles simples:bad_hair_day

Humidifier les cheveux avant de les manipuler:

Nos cheveux ont besoin d'hydratation, ils doivent donc être humidifiés avant d'être démêlés, coiffés ou tressés. Je brumise mes cheveux puis j'applique une crème hydratatnte pour conserver l'hydratation.

Après le shampoing, ne laissez pas vos cheveux sécher librement:

Ils risquent de se "tasser" sur eux-même avec l'effet shrinkage et de s'assécher; vous aurez alors plus de difficultés à les coiffer. Divisez plutôt vos cheveux en plusieurs sections (6 ou 8). Pour chacune, appliquez de la crème hydratante sur cheveux encore humides, puis démêlez et nattez ou vanillez (tresse à 2 brins). Les cheveux vont sécher ainsi. Ils seront également détendus de manière naturelle (sans avoir à utiliser de pince céramique).

Se doter du matériel adéquat:

- le peigne africain est plus adapté aux cheveux crépus; plus les cheveux sont longs, plus les dents doivent être espacées.

- Prévoyez également un brumisateur.

- Pour les soins après le shampoing, vous pouvez utiliser des élastiques en coton qui vous permettront d'attacher vos petites couettes.

Les soins avant le coucher:

Vous coucher avec votre afro vous expose à retrouver le lendemain des cheveux secs. Attachez les en cornrows (tresses plates; vous pouvez en faire 2 par exemple) ou en nattes simples ou encore en grosses vanilles; vous pouvez à cette occasion brumiser à nouveau vos cheveux et appliquer de la crème hydratante. Pour finir, protégez vos cheveux  pour la nuit avec un foulard. Vous les retrouverez au réveil souples et brillants!

Privilégiez les coiffures protectrices:

Je me baserai ici sur mon expérience personnelle. J'aime beaucoup les afro libres et les puffs, mais j'ai remarqué que plus je manipulais mes cheveux - en les démêlant, les coiffants...- plus je multipliais les occasions de les casser. Au fur et à mesure qu'ils ont poussé, j'ai observé que le fait de les porter libres favorisait également leur assèchemement. J'ai donc (après avoir observé la routine de mon amie Sarah/Naturalay dont la chevelure est impressionnante) privilégié les tresses. Une fois mes cheveux secs, je les tresses en vanilles plates, vanilles simples, tresses simples, tresses plates, des tortilles ou coils. Je suis tranquille pour la semaine puisque je n'ai qu'à appliquer de la crème hydratante sur les séparations, et mes cheveux se renforcent et poussent parce qu'ils sont moins exposés aux effets du froid et aux manipulations. Selon la taille des tresses, je peux conserver ces coiffures d'une semaine à un mois.

sablier

 

Prenez le temps...

 

L'empressement et l'agitation compliquent toujours les choses. Réservez quelques heures pour prendre soin de vous.

 

Aujourd'hui encore, en Afrique, les femmes savent ménager des moments pour se faire belles et se retrouver chez le coiffeur, l'esthéticienne ou simplement entre elles à la maison. Se coiffer prend du temps, mais c'est aussi un moment de partage, pour échanger les dernières nouvelles, les petits (gentils) cancans et les secrets. Le temps de la réalisation d'une coiffure se tissent des liens particuliers entre la tresseuses et celle qu'elle coiffe. Alors sachons conserver cet héritage: regarder passer le temps et savoir apprécier cela.

Posté par Naturalelation à 14:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mardi 15 avril 2008

Inspirations...

Internet est une formidable mine d'informations, en particulier parce qu'outre les conseils et les astuces que l'on peut y trouver, il offre également des illustrations précieuses grâce aux photos et aux vidéos proposées par les internautes. Les albums créés par des naturelles m'ont offert de nombreuses idées de coiffure tout en m'aidant à construire ma propre routine pour l'entretien de mes cheveux.

Voici quelques unes de mes adresses préférées:

- Cheveux libres:

jill

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Seoul: http://public.fotki.com/Seoul/1/style/

 

Corporate Napps: http://public.fotki.com/CorporateNapps/

 

Kinkykea: http://public.fotki.com/Kinkykea/

 

 

- Locs:

wedding_locs

 

Me Against The World: C'est sa première année dans le processus, mais elle fait preuve de beaucoup d'inventivité dans le choix des modèles de coiffure et des colorations:

http://public.fotki.com/taurus80two/my-loc-journey---year-1-/

 

Haitian Hunny: La qualité des photos, l'évolution des locs, les coiffures, cet album est un vrai régal!

http://public.fotki.com/HaitianHunny/

 

 

 

samedi 9 janvier 2010

My hair (Poème d'Ingrid Mwangi)

Do I own my hair? / Mes cheveux m'appartiennent-ils?
Is it curly? / Sont-ils frisés?
Does it wrap itself around my head? / Entourent-ils ma tête?
Do I bathe it in chemicals? / Est-ce que je les plonge dans un bain de produits chimiques?
Touch color to it? Red. / Je les teins? En rouge.
Do I bleach it like they did?/ Je les décolore comme ils l'ont fait?
I do my soul? / Je fais selon mon état d'esprit?

Is it straight? / Sont-ils plats?
Do I comb it with a hot thing? / Je les peigne avec un truc chaud?
Did I burn my scalp trying to get it not to wrap itself? / Me suis-je brûlé le cuir chevelu en voulant les défriser?
A hot thing. / Un truc chaud.

Do I wear it in dreads? / Je les porte en dreadlocks?
Does it tell a message everytime I turn my head? / Envoient-ils un message à chaque fois que je tourne la tête?
Does it grow like roots, long and hard? / Poussent-ils commes des racines longues et dures?
Does it get heavy to bear? / Deviennent-ils lourds à porter?
Will I carry it on? / Vais-je encore les porter?
Will it carry me on? / Vont-ils continuer à me porter?

Do I own it? / M'appartiennent-ils?
My hair. / Mes cheveux.

Cf. Ingrid Mwangi, Your own Soul, 2002, Installation Sonore.
Le texte de ce poème est reproduit dans Parures de tête, Musée Dapper, Paris, 2003, p. 347.